jeudi 10 mars 2016

Il faut lire ! (astuces dentelle, 2ème partie)

Le mois dernier, je vous ai expliqué que pour tricoter de la dentelle, il faut savoir compter, mais qu'il existe des astuces pour minimiser le comptage.

Comme j'aime enfoncer les portes ouvertes, je vais vous expliquer aujourd'hui que pour tricoter de la dentelle, ça aide de savoir lire. Vous allez croire que je me fiche de vous, parce que déjà si vous êtes là, c'est que vous savez lire, non mais, quand même ! Certes, vous répondrai-je, mais il y a lire et lire. Nous lisons tous les jours, tous, même ceux qui ne lisent pas. Nous lisons des journaux, des blogs, des romans, des panneaux de circulations, des étiquettes au supermarché  ...


Nous lisons donc les caractères de notre alphabet latin. Mais nous "lisons" aussi bien d'autres choses, sans forcément faire l'association avec la lecture. Wikipédia dit que la lecture, c'est "donner un sens à des signes graphiques recueillis par la vision". Nous lisons donc, dans la vie de tous les jours, tout un tas de symboles. Par exemple, nous lisons ça


ou ça



Nous reconnaissons ces symboles et leur associons un sens. Nous avons appris la signification de ces signes, et nous les reconnaissons et déchiffrons sans effort. Et bien une grille de tricot, c'est pareil. Au début on ne comprend rien, et puis on apprend, et on finit par la lire aussi facilement que la carte des prévisions météo.


Mes astuces pour la dentelle au tricot

ou comment transformer ça

Grille du châle Nurmilintu

en ça




Episode II: lire un diagramme, lire son tricot



Une grille de tricot peut servir à plein de choses, pas seulement de la dentelle, mais aussi des torsades, ou du jacquard.

Je n'ai pas la prétention d'être exhaustive sur la question. On peut trouver ailleurs des tas d'explications sur la lecture de grilles. Sur le blog 3 petites mailles par exemple.

Comme pour toute technique tricotesque, ça peut paraître compliqué au départ, mais avec un peu de pratique, ça devient une seconde nature.

J'ai réalisé un petit échantillon à partir d'un modèle tout simple de marque-page.


Voici la grille que j'ai suivie


Si on n'est pas habitué aux grilles, ça peut faire peur. Pour déchiffrer la chose, il faut commencer par lire la légende. Le modèle que j'ai utilisé étant en anglais, j'ai fait une petite traduction rapide de la légende. Si je faisais une traduction complète du modèle, je compléterais la légende par une description des points et des abréviations utilisées.


Les symboles sont plus ou moins universels, quelle que soit la langue dans laquelle le modèle a été écrit, on va retrouver un O pour représenter un jeté, un / pour "2 mailles ensemble à l'endroit", etc ... Cela a l'avantage de rendre accessible des modèles dans une langue qu'on ne comprend pas. Il suffit de traduire la légende, et on peut tricoter dans toutes les langues !

La légende va me permettre de lire le diagramme. Celui-ci ne représente pas les rangs envers (ça se voit car sur la droite, les rangs sont numérotés 1, 3, 5, etc). Les rangs pairs (envers) ne sont pas représentés car toutes les mailles sont tricotées à l'envers (sauf les 2 premières et 2 dernières mailles du rang qui sont à l'endroit pour faire une bordure de point mousse, c'est aussi pour ça qu'elles sont grisées sur la grille)

La dentelle, c'est principalement l'alternance de jetés (qui font des trous) et de diminutions qui équilibrent le nombre de mailles. Typiquement, dans un rang de dentelle, on va tricoter autant de diminutions que de jetés. Pour tricoter de la dentelle, il suffit de savoir faire un jeté et quelques diminutions simples.

Revenons à notre grille. Comme je travaille souvent sur ma tablette, j'entoure le rang que je vais tricoter avec l'app que j'utilise pour lire les pdf.


Mais si la grille est sur papier, un post-it fait aussi bien l'affaire.

Attention, toujours au dessus du rang qu'on va tricoter, le post-it, afin de voir le rang qu'on a tricoté avant parce que c'est utile (j'y reviendrai) mais de ne pas se mélanger avec les rangs qu'on tricotera après.




Ensuite, il suffit de comprendre que le diagramme représente le tricot.



je ne suis pas une pro des logiciels de manipulation d'image, mais si on superpose, ça donne ça


Où l'on peut voir, en cliquant sur l'image pour l'agrandir, en plissant un peu les yeux (vous pouvez tirer la langue aussi, en penchant la tête sur le coté, ça aide) que les petits ronds, c'est des jetés, ça fait des trous dans le tricot, que les diminutions correspondent bien à une maille inclinée dans le tricot, bref, le diagramme est la carte au trésor de votre dentelle (et c'est bien connu, sur la carte au trésor, un X marque l'endroit où celui-ci est enterré !)

Et pour être certain de ne pas se tromper lorsqu'on suit le chemin du trésor, il est important de savoir lire son tricot. Cela veut simplement dire savoir reconnaître les points qu'on a tricotés au rang précédent. Je vous montre:



Sur ce magnifique gribouillis, j'ai représenté le rang 17 de la grille, ce rang tricoté, et au dessus le rang de la grille que je devrais tricoter ensuite.
Imaginons que je me sois perdue dans mon tricot, si le téléphone sonne, si le chat réclame à cor et à cri qu'on lui ouvre une porte (pas pour passer, hein, juste pour montrer que c'est lui le chef), bref, si pour une raison ou une autre je pose mon tricot et je ne sais plus où j'en suis*.
Quand je vais tricoter mon nouveau rang, je dois faire 3 mailles endroit puis un jeté. Bon, normalement j'arrive à compter jusqu'à 3, mais imaginons que ce soit plus compliqué. Pour vérifier que je fais mon jeté au bon endroit, je dois tricoter la maille qui, 2 rangs plus bas, était une diminution vers la droite. Donc je vérifie avant de faire mon jeté si la dernière maille que j'ai tricotée est bien au dessus de la maille penchée vers la droite.

* c'est bien utile aussi pour savoir si j'ai bougé mon post it (ou le rectangle sur ma tablette) avant de poser mon tricot. En général j'évite de le faire, mais ça arrive. Si je lis le dernier rang que j'ai tricoté, je vois tout de suite sa correspondance sur la grille et si il faut que je remonte mon post-it ou si je l'ai déjà fait.



Evidemment, dit comme ça, sur ce tout petit échantillon, ça semble un peu ridicule. Mais si je tricotais un châle, que je répétais ce motif 20 fois, 40 fois sur la longueur du rang, ça m'aiderait bien de pouvoir me repérer par rapport au rang précédent. Souvent c'est plus facile de repérer les jetés du rang en dessous, dans l'image au dessus je sais que la première des 2 mailles que je vais tricoter ensemble pour faire ma diminution est au dessus d'un jeté, donc d'un trou.


Bon, je me relis, je ne suis pas certaine que tout cela soit très clair et que ça vous aide, mais j'aurais essayé ....



6 commentaires:

  1. formidable article qui vas en dépanner plus d'une !

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour cet article et la clarté des explications. Je m'abonne à la newsletter!

    RépondreSupprimer
  3. Voilà un article très bien expliqué avec beaucoup d'humour !!! J'adore !!!

    RépondreSupprimer
  4. Superbes explications avec juste ce qu'il faut d'humour pour dédramatiser la chose
    Si cela ne te dérange pas j'aimerai bien faire un lien sur mon blog vers ton article
    Merci
    Catherine/Doria

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les compliments, et ça ne me dérange pas du tout que tu fasses un lien sur ton blog, au contraire, je suis flattée.

      Supprimer